Rudolf Stingel

jusqu’au 31 décembre 2021
Acheter un billet
Rudolf Stingel, Untitled (Paula), 2012
Fermer Rudolf Stingel, Untitled (Paula), 2012. © Rudolf Stingel. Courtesy de l'artiste, Paula Cooper Gallery et Pinault Collection. Photo Tom Powel

Rudolf Stingel présente ici trois portraits, entre Europe et Amérique, histoire intime et histoire de l’art : celui de sa galeriste new-yorkaise Paula Cooper, incompa­rable découvreuse et défenseuse des avant-gardes ; celui de son ami l’artiste autrichien Franz West ; celui, enfin, en uniforme de soldat, du peintre Ernst Ludwig Kirchner, éminente figure histo­rique de l’expressionnisme allemand. Réalisés à partir de photographies de petits formats auxquelles l’artiste fait subir un important agrandissement sans en gommer les aspérités, défauts, flous ou marques de vieillissement, ces images sont fidèlement transposées par la peinture, jusqu’à ce que l’illusion brouille les pistes entre les médiums, faisant d'une photographie trouvée, d’un cliché personnel ou d’une simple pièce d’identité, un portrait monumental.

Rudolf Stingel, né en 1956, a fait de son médium de prédilection, la peinture, le sujet et le mode de son œuvre. Entre abstraction et figuration, Stingel explore, repousse et redéfinit les limites de son art, étendu à de nouveaux cadres, de nouvelles manières, de nouveaux auteurs. À travers son travail sur la peinture et en peinture, se déploie également une réflexion sur la mémoire et le temps, marquée par le motif de la vanité, thème pictural par excellence. Depuis Instructions (1989), mode d’emploi pour produire à la perfection et à l’infini « un Stingel », son œuvre ne cesse de se déployer contre la frontière entre l’artiste-créateur et le spectateur-amateur supposés. En 2001, débute la série des œuvres en matériau isolant Celotex, support offert à l’intervention des visiteurs : graffitis, collages, empreintes… À partir de 1991, Stingel commence à recouvrir de tapis peints des salles entières, abolissant les limites du cadre, métamorphosé en environnement. Dans sa monographie au Palazzo Grassi en 2013, ce protocole transforme l’espace, tendu de motifs de tapis d’Orient, en toile de fond monumentale de grisailles photoréalistes, versant figuratif plus traditionnel de l’œuvre, dépassant les limites des catégories habituellement appliquées à la peinture.

L’oeuvre de Stingel, exploration conceptuelle du processus de la peinture qui emprunte tantôt le chemin de la figure, tantôt celui de l’abstraction, est un possible indice de la manière dont la Collection Pinault se construit : un équilibre entre la dimension minimale – au sens large du terme, des avant-gardes européennes et américaines des années 1960–1970 à la diversité des pratiques contemporaines – et une dimension profondément « existentielle », ancrée dans des réalités poli­tiques, sociales, d’identité, revendiquant les registres de l’expres­sivité, de l’empathie et du tragique.

Du lundi au dimanche de 11h à 19h
Nocturne le vendredi jusqu’à 21h
Le premier samedi du mois, nocturne gratuite de 17h à 21h
Fermeture le mardi et le 1er mai.

Un billet unique pour toutes les expositions. En raison de la situation sanitaire, la réservation est obligatoire en ligne ou sur place.
Plein tarif : 14€
Tarif réduit : 10€

Gratuit après 16h pour les porteurs de la carte Super Cercle.