« Protest Sounds » Programmation vidéo et installation

jusqu’au 13 juin 2022
Acheter un billet
Cao Fei, Whose Utopia, 2006 2007
Fermer Cao Fei, Whose Utopia, 2006 2007

En résonance avec l’œuvre de Stan Douglas, Luanda-Kinshasa, installée dans le Studio (niveau -2 du musée), la Bourse de Commerce propose une programmation intitulée « Protest Sounds », un ensemble d’œuvres vidéos de la Collection Pinault. L’installation vidéo de l’artiste chinoise Cao Fei, Whose Utopia, les vidéos Returning a Sound d’Allora & Calzadilla et English Magic de Jeremy Deller sont montrées dans le Foyer, tandis que Joueur de flûte d’Adel Abdessemed est projeté dans l’Auditorium. 

Chacune de ces propositions met en scène une forme de résistance, où le son vient jouer un rôle déterminant, qu’il s’agisse de souligner ce qui se déroule à l’écran, ou au contraire d’entrer en dissonance avec l’image. Si ces films agissent comme autant d’alertes à l’endroit de la condition humaine, leur propos est toujours rattaché à un contexte politique : Whose Utopia rend présentes les aspirations existentielles des ouvriers du delta de la Rivière des Perles, creuset de l’essor industriel chinois, alors que Returning a Sound conte la récupération par les portoricains d’un territoire occupé par l’armée américaine. Entre décennie noire algérienne et attentats terroristes en France, Joueur de flûte est tourné au moment de la montée de l’islamophobie en France. English Magic propose un étrange roman national britannique, où les grands morceaux mythiques de la musique anglaise sont joués par des amateurs, entrecoupés
d’images liées à l’identité culturelle locale.

Chez ces artistes, le dérisoire n’est jamais loin : le pot d’échappement trompette d’Allora & Calzadilla agit comme une réappropriation des territoires spoliés, la nudité de l’imam joueur de flûte d’Adel Abdessemed déjoue les violences latentes par son humanité et sa fragilité ; Jeremy Deller se joue des symboles nationaux britanniques, tandis que l’univers aliénant de l’usine se voit contaminé par les rêveries et les hobbies des ouvriers.

À l’image de Luanda-Kinshasa qui fait revivre le temps d’une vidéo l’utopie de Miles Davis d’une musique postcoloniale, ces oeuvres activent l’idée d’un autre monde possible ; idée fragile, en perpétuelle gestation, sans cesse menacée par différentes forces d’oppression.


Au Foyer,
Cao Fei, Whose Utopia, 2006-2007
Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla, Returning a Sound, 2004
Jeremy Deller, English Magic, 2013

Au Studio, Stan Douglas, Luanda-Kinshasa, 2013

À l’Auditorium, Adel Abdessemed, Joueur de flûte, 1995-1996

Commissariat : Emma Lavigne, directrice générale de Pinault Collection

Du lundi au dimanche de 11h à 19h
Fermeture le mardi et le 1er mai.
Nocturne le vendredi jusqu’à 21h
Le premier samedi du mois, nocturne gratuite de 17h à 21h.

La réservation est conseillée.
Plein tarif : 14€
Tarif réduit : 10€
Gratuit après 16h pour les porteurs de la carte Super Cercle.
 

Bénéficiez d’un tarif réduit de 10€ sur présentation du billet de l’exposition Charles Ray du Centre Pompidou.
Acheter un billet couplé

 

Du 8 au 20 juin, la Bourse de Commerce est en mouvement pour préparer l’exposition Une seconde d’éternité.
La Rotonde est fermée au public durant cette période.

Plein tarif : 9€
Tarif réduit : 7€

Foyer, Auditorium et Studio, niveau -2

Les expositions