Pierre Huyghe

Archive
Huyghe

Avec Offspring, Pierre Huyghe proposait dans le Studio, « boîte noire » située au sous-sol de la Bourse de Commerce, une installation inédite à la manière d’une expérience sensorielle et poétique, hors du temps, ouverte à l’infini, un voyage. Cette installation est conçue comme une rémanence, une mutation génétique, de L’Expédition scintillante que l’artiste avait conçue pour son exposition à Bregenz en 2002.

L’ensemble de ce projet est inspiré des Aventures d’Arthur Gordon Pym d’Edgar Allan Poe mais aussi d’un voyage entrepris par l’artiste pour témoigner de la vulnérabilité de notre environnement : une expédition polaire d’un mois à bord de la goélette Tara, vaisseau fuselé se hissant sur la glace au lieu de s’y briser. « Je m’intéresse – explique Pierre Huyghe – à l’aspect vital de l’image, à la manière dont une idée, un artefact, un langage peuvent s’écouler dans la réalité contingente, biologique, minérale, physique. Il s’agit d’exposer quelqu’un à quelque chose, plutôt que quelque chose à quelqu’un ».

Pierre Huyghe (né en 1962) qui vit à Santiago au Chili, ne cesse de réinventer les moyens de création et les modalités de présentation. De films en objets, de photographies en dessins, son oeuvre oscille, en équilibre, entre fiction et production de réel, entre érudition et pop culture, du biologique à l’artefact, de la science à la science-fiction, de la musique au cinéma, de l’architecture à la littérature, de l’archéologie à la philosophie, au fil de collaborations.

Créateur de la société de production Anna Sanders Film avec Dominique Gonzalez-Foerster et Philippe Parreno, Huyghe se présente comme un « initiateur d’événements », dont la vidéo livre un témoignage fidèle. Peut-on délimiter l’humain ? La question hante son oeuvre, de la tristesse du cyborg, presqu’humain, trop peu humain, à la frontière avec cet autre et ce même qu’est l’animal (Toison d’or, 1993 ; Human Mask, 2014).