Portrait de Devonté Hynes aka Blood Orange. Photo © badmandeniro.
Fermer Portrait de Devonté Hynes aka Blood Orange. Photo © badmandeniro.
Concert
Les 29 et 30 mars

Devonté Hynes joue Julius Eastman

Après un premier hommage au musicien et compositeur Julius Eastman à l’automne 2021, la Bourse de Commerce – Pinault Collection et l’éditeur Éditions 1989 invitent le compositeur britannique Devonté Hynes à interpréter plusieurs pièces d’Eastman dans son Auditorium. Il est accompagné du pianiste Adam Tendler, du percussionniste Jonathan Hepfer et d’une formation de sept musiciens d’instruments à cordes.

Cette soirée s’écrit en résonnance avec Luanda-Kinshasa (2013), œuvre de Stan Douglas exposée dans le Studio du musée reconstituant une séance fictive d’enregistrement dans le légendaire studio de la Columbia Records – surnommé The Church – et recréé tel qu’il était dans les années 1970. A l’instar des musiciens de jazz de Stan Douglas qui reproduisent un moment clef de l’histoire de la musique, Devonté Hynes reproduit un concert passé à l’automne 2021 où les partitions de Julius Eastman étaient déjà jouées sur la scène de l’Auditorium sous la direction artistique Mathieu Kleyebe Abonnenc et Jean-Christophe Marti. Par ce geste renouvelé, il amplifie cette mise en lumière d’une création musicale foisonnante des années 1970 à New York. En posant son regard sur les partitions d’Eastman, il fait le choix d’une lecture parmi les multiples permises par le compositeur américain et en livre une interprétation personnelle, sensible et puissante.
 
Ce programme célébrant l’œuvre d’Eastman a été imaginé par Devonté Hynes à l’occasion de la sortie du livre Gay Guerrilla : l’histoire de Julius Eastman (Éditions 1989, 2022), premier livre en français consacré au compositeur, pour lequel Hynes a écrit la préface.  

Julius Eastman 
Figure reconnue de l’avant-garde musicale new-yorkaise, Julius Eastman est un compositeur, pianiste et chanteur né en 1940. Son parcours commence à Ithaca en Pennsylvanie où, bravant sans le sou l’adversité, mais avec quelques compositions sous le bras, il rejoint dans les années 1970 la scène musicale expérimentale downtown new-yorkaise, collaborant ainsi avec John Cage, Arthur Russell, Meredith Monk ou Peter Maxwell Davies. Eastman tombe dans l’oubli à sa mort en 1990 après sept années de « martyre volontaire », entre prises de psychotropes et errances en quête de foyers pour sans-abri. Depuis le début des années 2010, son œuvre est redécouvert et suscite un intérêt croissant.  

Africain-Américain, Julius Eastman a utilisé tout au long de sa vie son art comme bouclier face aux tensions raciales divisant alors les États-Unis, usant des titres de ses compositions (Evil Nigger ; Crazy Nigger) pour ébranler les mœurs. En partie inspirés par Patti Smith et son hymne Rock N Roll Nigger, ces titres controversés visent à honorer les Africains pour leur importance dans l’histoire de la construction de l’économie américaine ; ils constituent l’une des singularités de son œuvre.   

Programme 
Buddha (1984), pièce dont la partition graphique suggère une pluralité d’interprétations possibles.  

Femenine (extrait) (1974), pièce écrite pour le S.E.M. Ensemble, groupe de musique de chambre fondé par Julius Eastman et le compositeur et flûtiste tchèque Petr Kotik. Les compositions écrites pour ce groupe excèdent le cadre strict du « minimalisme » et manifestent de plus en plus fortement l’identité gay d’Eastman.  

Evil Nigger (1979), fait partie de la série The N*gg*r series (1979) : Crazy N*gg*r, Evil N*gg*er et Gay Guerrilla. Ces pièces font tout autant écho à l’hymne Rock N Roll Nigger de Patti Smith qu’à des problématiques plus profondes et engagées en lien avec la lutte pour l’égalité raciale.  
Entracte 

Gay Guerrilla (1979), est une œuvre dans laquelle Eastman médite sur son existence, une décennie après les émeutes de Stonewall, affirmant fièrement son identité d'homme gay. Il déclare : « Ce que j'essaie d'accomplir, c'est d'être ce que je suis au maximum – Noir au maximum, musicien au maximum et homosexuel au maximum. Il est important que j'apprenne à être, c'est-à-dire à m’accepter.

Devonté Hynes 
Devonté Hynes est un producteur, multi-instrumentiste, compositeur, auteur-compositeur et chanteur né au Royaume-Uni. Il fait ses débuts dans le groupe punk Test Icicles puis publie deux disques de pop acoustique orchestrale sous le nom de Lightspeed Champion. Depuis 2011, Hynes a sorti quatre albums solo sous le nom de Blood Orange. Il réalise la musique des films Palo Alto (2013), Queen and Slim (2019) et Clair-obscur (2021). Hynes a récemment été nommé aux Grammy Awards pour son premier album de musique classique, Fields.  

Editions 1989 
Éditions 1989 est une maison d'édition qui s'intéresse à l'héritage des artistes sous-représentés dans les domaines de la musique expérimentale, des films expérimentaux, de la performance, de la danse et de l'art sonore. Éditions 1989 vise à préserver et présenter à un large public le travail d'artistes historiques et émergents

Crédits 
Musique : Julius Eastman 
Mise en scène, interprétation et piano : Devonté Hynes 
Directeur artistique et percussionniste : Jonathan Hepfer 
Piano : Adam Tendler 
Violons : Antoine Maisonhaute, Ivan Lebrun 
Altistes : Paul-Julian Quillier, Nadine Ousaad
Violoncelles : Eric-Maria Couturier, Renaud Dejardin
Contrebasse : Nicolas Crosse
Éditrice, fondatrice des Éditions 1989 : Anaïs Ngbanzo