L'interview de Tatiana Trouvé

Tatiana Trouvé
Article
16 septembre 2021

L'interview de Tatiana Trouvé

« Ce sont des sculptures qui ont été créées dans l'intention d'être des gardiens ou d'autres prophètes. » Tatiana Trouvé sur son œuvre "The Guardians".

Temps de lecture
4 mn
Par Tatiana Trouvé,
Artiste

Qui sont, que sont ces Guardians ?

Ce sont des sculptures, des sculptures qui ont des apparences de chaises avec un ensemble d'éléments qui sont posés dessus en différents matériaux, et ce sont des sculptures qui ont été créées dans l'intention d'être des gardiens ou d'autres prophètes. (…) C'était vraiment des sculptures faites pour être en compagnie d'autres œuvres, pour garder des œuvres, mais aussi des idées (…)

 

Un livre ouvert en onyx est placé en équilibre sur le dossier de l’une des chaises, comme sur l’assise d’une autre. Leurs titres et leurs auteurs sont-ils anodins, quel est votre rapport à ces textes-ci et à la littérature en général ?

« Chaque gardien incarne une sorte de personnage un peu imaginaire. »

Sont simplement proposés un ensemble d'éléments qui peuvent le suggérer, qui peuvent rappeler la personne Donc dans certains gardiens, il y a effectivement différents livres et auteurs qui existent et proposent une sorte de lecture du monde qui est à la fois poétique, politique, littéraire.

Il y a un gardien qui a un livre d'onyx ouvert où il n'y a pas de titre, mais le livre qui est en dessous, c'est un livre de Nastassja Martin, une anthropologue française qui raconte la rencontre d'un ours qui lui a dévoré une partie de la mâchoire. Et en fait c’est assez beau parce qu'elle le revisite au lieu de se placer en tant que victime, de cette expérience, elle explique comment, finalement, elle a pris quelque chose de l'ours, et l'ours, évidemment, est parti avec un peu d’elle. Et sur le livre en onyx, il y a une petite tête où il manque aussi une partie de la mâchoire. Tous les livres se répondent. Sur d'autres gardiens, il y a des livres de Ursula Le Quin une autrice de science-fiction, un peu définie comme une éco féministe qui parlent beaucoup de territoires, des territoires amérindiens qui ont été dérobés, de la place de la femme, etc. Et puis un livre d'Italo Calvino qui s'appelle Les villes invisibles, un récit de villes imaginaires où toutes les villes ont le nom d'une femme et aussi toute une histoire aussi de territoire. Tous ces livres-là se renvoient et font naviguer dans des mondes différents. Des gardiens ont justement des livres qui aident cette navigation, des personnes qui pourraient habiter cette place et qui garderait aussi ces mondes. Et d'autres fois, c'est plutôt des objets de la vie commune, des sortes d'aménagements de cette chaise du gardien.

 

Dans ces livres abandonnés, on trouve notamment Fernando Pessoa, comme le dit le poète, vos gardiens rêveraient-ils le rêve des autres ?

Je dois beaucoup à Pessoa, que ce soit des titres de certains de mes dessins, comme la série Intranquility qui a été vraiment inspirée du livre de l'intranquillité de Pessoa. (…) Il y a peut-être un lien avec les gardiens, parce que chaque gardien incarne une sorte de personnage imaginaire et absent qui occuperait cette place-là, dont on ne voit que les objets , il y a un écho avec la construction des hétéronymes de Fernando Pessoa.

« Oui, évidemment, les gardiens rêvent les rêves des autres. Bien sûr. »

 

Pourquoi fabriquer des chaises moelleuses encore chaudes, de l'empreinte de leurs occupants avec des matériaux rigides et froids comme le granit, le marbre, le bronze, les matériaux ?

Les matériaux que j’utilise, je ne les définirais pas comme très rigides. Ils sont très vivants, (ils sont très vivants). La pierre se constitue de façon très, très lente. Géologiquement, ce n'est pas un matériau, est rigide et froid, mais au contraire, qui a vraiment une vie très, très longue. Ma palette, ce sont vraiment des matériaux comme le métal, le bronze, le bois, la pierre, etc. Mais ce que j'aime surtout, c'est les faire correspondre et les faire s'imbriquer les unes dans les autres et passer vraiment d'une matière à une autre qui coexistent en même temps.

 

Comment avez-vous décidé de situer ces œuvres dans la galerie d'exposition et pourquoi ?

Alors, ces gardiens, ce sont évidemment des gardiens d’œuvres, d’espace, de monde. Je pense que chaque exposition, qu'elle soit thématique ou individuelle, propose une vision du monde. Donc, ces œuvres sont un peu comme des sortes d'œuvres bienveillantes pour les autres. Ce que je peux dire, c'est que ce ne sont pas des gardiens d'espaces vides. C'est vraiment des pièces qui peuvent exister en relation avec les autres œuvres.. Il y aura des liens entre ce que le monde que chaque gardien suggère et le monde qu’il est censé préserver.

 

De quelle œuvre, dans un musée contemporain ou d’art ancien, toutes collections confondues, auriez-vous aimé être le gardien ?

Si l’on imagine que les musées sont des lieux qui gardent la culture, le savoir d’une certaine façon, ce ne serait peut-être pas un musée tel qu'on le construit dans la culture occidentale. Je pense que j'aimerais être le gardien de quelque chose de plus vaste, de plus naturel et de vivant. Je me verrais bien être le gardien des grands singes des montages, dans le Serengeti. En tout cas, en Amazonie, un gardien comme ça.

« Je me verrais bien être le gardien des grands singes des montages, dans le Serengeti. »